logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Transition énergétique : rien de neuf sous le soleil
Transition énergétique : rien de neuf sous le soleil
date 30 juillet 2014
texte+ texte- google twitter facebook

Montreuil, le 30 juillet 2014 – Alors que la version définitive du projet de loi sur la transition énergétique a été validée en Conseil des ministres aujourd’hui, le Réseau Action Climat regrette que les avis du CNTE et du CESE n’aient pas été davantage pris en compte. Que ce soit sur les objectifs de moyen terme, la rénovation du bâtiment, la mobilité ou la production d’énergie, le projet de loi apporte quelques avancées à la marge mais ne donne pas l’élan nécessaire pour aller vers un modèle énergétique plus sobre, créateur d’emplois, plus proche des territoires et moins polluant. Nous attendons du parlement qu’il étoffe le projet de loi sur tous ces volets.

Alors que le CESE et la majorité du CNTE demandaient l’ajout d’un objectif de réduction de la consommation d’énergie en 2030, la version définitive du projet de loi se contente de reprendre l’objectif de réduction de l’intensité énergétique déjà présent dans la loi POPE de 2005. Pour Anne Bringault, en charge de la coordination des ONG sur la transition énergétique pour le CLER et le RAC, « Ne pas indiquer d’objectif de réduction de la consommation d’énergie clair et lisible pour 2030 est une grave erreur alors que la facture énergétique augmente pour les ménages et les entreprises. »


Dans le domaine des transports, le gouvernement a entendu le CNTE et le CESE et a élargi la notion de véhicule propre à ceux ayant un très faible niveau d’émission de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques, ne se limitant plus aux seuls véhicules électriques ou hybrides. Pour autant, il persiste à négliger des aspects fondamentaux de la mobilité comme la lutte contre l’étalement urbain, la réorientation des infrastructures de transports vers des modes moins polluants ou encore la baisse des limites de vitesse.


Sur le nucléaire, toujours rien de clair

L’évolution du parc nucléaire reste également un sujet non clarifié. Si l’objectif de réduction à 50% de la part du nucléaire dans la production d’électricité est acté, les moyens pour atteindre cet objectif sont remis à plus tard, dans une planification future, et soumis à la bonne volonté d’EDF.
Nous attendons du parlement qu’il amende le projet de loi à l’automne et lui donne davantage de corps. Le CLER, Réseau pour la transition énergétique, et le Réseau action climat sortiront en septembre un « transitiomètre » qui mesurera la capacité du projet de loi à atteindre les engagements pris par la France dans le domaine du climat et de l’énergie. Cet outil internet évoluera au fil du débat parlementaire et des amendements votés, rendant ainsi visible l’évolution positive ou négative du texte.

Contact presse
Anne Bringault, Coordination pour les ONG des activités sur la transition énergétique - Tel : 06 07 34 40 67