logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Notre-Dame-des-Landes : Le Réseau Action Climat appelle le gouvernement à la cohérence pour le climat
Notre-Dame-des-Landes : Le Réseau Action Climat appelle le gouvernement à la cohérence pour le climat
date 25 janvier
texte+ texte- google twitter facebook

Réaction du Réseau Action Climat à la décision d’expulsion de tous les habitants et les exploitations agricoles situés sur la zone du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Ce lundi 25 février, le tribunal de Grande Instance de Nantes a ordonné les expulsions de tous les habitants et les exploitations agricoles situés sur la zone du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, avec un délai de deux mois pour certaines familles. Pour le Réseau Action Climat, ce nouvel aéroport est en contradiction avec les engagements pris pendant la COP21 et doit être définitivement abandonné.

L’Accord de Paris concluant la COP21 nécessite de tous les décideurs qu’ils infléchissent leurs politiques et mesures à l’aune des engagement pris lors de la COP, pour limiter la hausse des températures bien en dessous de 2°C, et autant que possible à 1,5°C.

Quelques semaines après la COP21, le gouvernement français doit prendre ses responsabilités pour concrétiser cet engagement en annonçant l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes qui date du siècle dernier. Inutile et coûteux, ce nouvel aéroport alimenterait le mythe d’une croissance constante du trafic aérien alors que celle-ci est incompatible avec une baisse forte et nécessaire des émissions de gaz à effet de serre.

Si ce projet climaticide était maintenu, alors l’accord de Paris resterait un accord de façade et le gouvernement perdrait toute crédibilité en tant que présidence actuelle de la COP.


D’ores et déjà, une mobilisation nationale est prévue le 27 février pour exiger l’abandon définitif du projet.