logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques françaises > L’impact climatique des entreprises - l’enjeu crucial des émissions indirectes
L’impact climatique des entreprises - l’enjeu crucial des émissions indirectes
date 15 mars documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

Les supports de présentation de la présentation publique et discussion de trois études sur les émissions indirectes des grandes entreprises (scope 3) lors d’une conférence co-organisée du 12 avril 2016 par : L’Association Bilan Carbone, l’Ademe, le Basic, l’Observatoire des Multinationales et le Réseau Action Climat.

Il a beaucoup été question, à l’occasion de la COP21, de l’impact climatique des grandes entreprises, de leurs engagements de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre, et plus largement de leur rôle dans la mise en œuvre concrète de l’Accord de Paris.

Mais pour beaucoup de secteurs économiques, les émissions directes des entreprises ne sont que l’arbre qui cache la forêt. C’est à l’échelle de leurs chaînes d’approvisionnement et de tout le cycle de vie de leurs produits et services – les émissions indirectes, dites de « scope 3 » - que se situe leur véritable impact climatique, mais aussi leurs possibilités d’action. Or si la prise en compte des émissions indirectes est recommandée dans toutes les méthodes connues, elle reste jusqu’à présent volontaire.

À l’aune de l’accord de la COP21, il s’agit de prendre en compte la responsabilité climatique complète des entreprises afin d’identifier les pistes d’actions les plus pertinentes en accord avec une trajectoire climatique nous permettant de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C et de dessiner dès aujourd’hui une économie décarbonée.

Lors de la conférence du 12 avril 2016, 3 études complémentaires ont été présentées, qui plaident toutes, avec des perspectives différentes et complémentaires, pour une meilleure prise en compte des émissions indirectes à la fois dans le reporting climat des entreprises et dans leurs stratégies de réduction de gaz à effet de serre.

Le Basic - Christophe Alliot
Le Basic, Observatoire des Multinationales « GAZ A EFFET DE SERRE : DOIT-ON FAIRE CONFIANCE AUX GRANDS GROUPES POUR SAUVER LE CLIMAT ? », 2015

PDF - 965.4 ko
Présentation BASIC 12 avril 2016



10h45-11h45 : « PAROLES CROISÉES »

Des représentants d’entreprises, d’ONG et d’experts exposent et confrontent leurs visions par rapport aux questions suivantes :

1. Pourquoi la déclaration des émissions indirectes des entreprises dans leur reporting carbone est-elle un enjeu crucial ?
2. Comment une entreprise peut-elle utiliser le reporting carbone pour bâtir une stratégie climat à la hauteur des enjeux ?
3. Comment rendre opérationnelles les conclusions de l’accord de Paris à l’échelle d’une entreprise, et ainsi permettre le basculement vers une économie bas carbone ?

- Fabrice Bonnifet, Directeur Développement Durable & Qualité, Sécurité, Environnement de Bouygues
- Kevin Franco, Responsable éco-conception de Pocheco
- Arnaud Leroy, Président de l’Association Bilan Carbone
- Gilles Croquette, Chef du bureau émissions, projections et modélisations du Ministère de l’environnement, de l’Energie et de la Mer
- Morgane Lebreton, Doctorante Mines Paristech
- Martial Cozette, CFIE (Centre Français d’Information sur les Entreprises) et membre du Forum Citoyen pour la RSE