logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Négociations internationales > COP21 : Pour un accord qui ne négocie pas avec le climat
COP21 : Pour un accord qui ne négocie pas avec le climat
date 27 novembre 2015 documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

Le 30 novembre, s’ouvre pour deux semaine la 21e conférence des Nations unies sur le climat, qui réunira 195 Etats pendant deux semaines à Paris, sur le site du Bourget. Objectif : adopter un accord universel, ambitieux et contraignant qui organisera la lutte mondiale contre les changements climatiques à partir de 2020.

Au regard des engagements climatique publiés par les Etats depuis mars 2015, l’enjeu de la COP21 est désormais d’adopter un accord international qui permette de rectifier le tir, pour passer d’un risque de réchauffement planétaire de près de 3°C d’ici la fin du siècle, à une trajectoire limitant le réchauffement bien en deçà de 2°C, limite fixée par la communauté internationale en 2011.

Pour le Réseau Action Climat, l’accord de Paris peut créer les mécanismes et des rouages qui aideront à planifier et accompagner une transition mondiale et solidaire, nous faisant passer des énergies sales aux énergies renouvelables, de sociétés vulnérables à des sociétés résilientes. L’accord devra permettre de renforcer les engagements climatiques des pays et de s’assurer que les financements soient au rendez-vous pour appuyer les Etats les plus démunis face à la crise climatique. L’accord devra aussi fixer un cap énergétique à horizon 2050 pour l’ensemble de la planète, en fonction des données scientifiques.

Nous savons déjà que cet accord, certes indispensable, sera insuffisant tant que les Etats continuront de soutenir en parallèle des modèles économiques climaticides. Dans ce contexte, l’accord de Paris doit constituer un plancher, un levier et un outil qui impulse partout dans le monde une réorientation des investissements, des choix politiques et économiques. Ce, dès aujourd’hui, sans attendre l’entrée en vigueur de l’accord.

Le dossier est en téléchargement ici