logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Après la COP21, quel avenir pour les centrales à charbon d’EDF et Engie ?
Après la COP21, quel avenir pour les centrales à charbon d’EDF et Engie ?
date 2 mars documents joints 2 documents joints
    [ [
texte+ texte- google twitter facebook

Notre dossier sur l’avenir des centrales à charbon d’EDF et Engie.

À l’occasion de la présence en France de représentants des comités citoyens de Vado Ligure, les Amis de la Terre, Oxfam France et le Réseau Action Climat rappellent qu’EDF et ENGIE, deux entreprises françaises dont l’Etat est actionnaire, doivent organiser leur sortie du charbon. Ce, non pas en vendant hâtivement leurs centrales thermiques, mais en planifiant la fermeture définitive de ces centrales d’ici à 2020, avec une prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux et des besoins de reconversion professionnelle des salariés.

Copyright P. Christener

ENGIE (anciennement GDF-Suez) et EDF, les deux géants français de l’énergie, détiennent à eux deux près d’une cinquantaine de centrales au charbon dans le monde : trente en activité chez ENGIE et seize chez EDF, dont deux en France.

L’année dernière, EDF et ENGIE avaient annoncé qu’ils mettraient fin à leurs projets de construction de nouvelles centrales à charbon dans le monde. Les deux entreprises avaient aussi indiqué vouloir céder rapidement tout ou partie de leurs centrales au charbon, dont la plupart sont situées hors de France.

Or, une telle décision de revente ne prend pas en compte les conséquences dévastatrices que ces centrales ont sur le climat ainsi que sur le quotidien des communautés locales et leur environnement. Le charbon est l’énergie fossile la plus polluante, responsable de 40% des émissions mondiales de CO2 et seule la fermeture de ces centrales permettrait d’éviter des émissions de gaz à effet de serre, principales causes des changements climatiques.

Le cas de la centrale à charbon de Vado Ligure en Italie, détenue par une filiale d’ENGIE, est le premier test concret que doivent passer ENGIE et le gouvernement. Alors que le juge italien a reconnu la responsabilité de 86 responsables dans la mort de plus de 400 personnes à cause de la pollution, ENGIE ne s’est toujours pas prononcé sur la fermeture de la centrale et deux banques françaises ont recapitalisé la filiale du groupe. La centrale de Vado Ligure est un test concret si ENGIE souhaite être un leader mondial de la transition énergétique, comme le groupe le prétend.

Lire notre dossier complet